La prose de Bersace

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 22 janvier 2008

Fogiel ou l'Anti journalisme

Ce mardi 22 janvier, Fogiel nous a montré une fois de plus qu'il ne savait pas faire de journalisme.

Lire la suite

mercredi 2 mai 2007

Le nombre hors là loi

Le simple fait de publier le nombre 0x09 f9 11 02 9d 74 e3 5b d8 41 56 c5 63 56 88 c0 (en base 10 : 13 256 278 887 989 457 651 018 865 901 401 704 640) est hors là loi ; au moins aux États-Unis, mais aussi en France depuis DADVSI (bien que cela soit plus flou) et fait de moi un criminel, un contrefacteur, passible de quelque milliers d'euros d'amende. En effet, ce nombre permet de copier un DVD haute définition. Leur protection réside sur ce nombre, rien que ce nombre, et sur le secret de ce nombre. Secret si facile à percer, qu'il faut le protéger à coup d'avocats et de milliard$ … minable !

L'AACS défend son nombre

vendredi 13 octobre 2006

Pauvres gosses

Quelle drôle d'histoire que ces époux Courjeault et leurs enfants. Un bref rappel des faits s'impose. La famille Courjeault est expatrié à Séoul. Papa est ingénieur et travaille beaucoup. La famille compte deux garçons de 10 et 11 ans. Papa découvre dans le congélateurs deux corps de nouveaux-nés. Les tests ADN prouve que c'est bien les enfants du couples. Après aveux, Maman reconnaît avoir caché la grossesse à Papa et avoir tué les enfants à leur naissance. Elle affirme avoir aussi tué un premier enfant quelques année auparavant, le corps ayant été brûlé.

Autant dire que cette histoire est des plus macabre et des plus chocantes. Quel malheurs pour cette famille. Le père est complètement ébranlé de voir une telle affaire caché par sa femme. Les enfants sont forcé de reconnaître dans leur mère une infanticide ... de ses propres enfants. Comme s'ils avaient été épargnés par la providence. Madame quant à elle doit vivre un enfer depuis sa première grossesse non désirée. Enfin, les trois enfants tués ont la dignité bafoué au possible. On les a traité comme des bêtes, comme de la viande.

Tout le monde s'émeut. Et c'est juste. On a tué des innocents. Pourquoi avoir fait ça. À mon avis, le refus de l'enfant est présent dès le débuts. Si madame est "tombé enceinte", c'est parce qu'elle a oublié ses contraceptifs. On se place dès le départs dans une relation où l'enfant est exclus. De fait, lorsque "l'accident" arrive, c'est le drame qui prend la place de la joie. Madame en est tellement importunée qu'elle refoule ses grossesses. Au point de les nier et de les caher à son époux. Au paroxysme de la maternité, elle s'obstine à refuser l'enfant et tue. C'est assez classique chez les esquimaux d'avorter à la naissance. Il suffit de jeter le nouveau-né (souvent la nouvelle-née) dans le trou à pêcher ou les phoques s'en fairont un régal. Chacun ses méthodes.

Avec du recul, on se rend compte que cette situation du refus de l'enfants s'est banalisé dans notre société. D'abord par la contraception qui fait de la grossesse un risque. Ensuite par l'avortement qui s'obstine à vouloir annuler la grossesse. Combien de femme se retrouve face à l'atrocité de l'infanticide lorsqu'elle voit "leur petit ange" au fond de la cuvette ? C'est exactement la même logique. Après tout, fondamentalement, un fœtus de 4 mois ou un nouveau né n'ont pas de grande différence. Pas plus qu'un enfant de 7 ans d'avec un vieux de 77ans. On sait déjà que très tôt, tout es mis en route (le cœur, le cerveau, etc.). Pourquoi un bébé serait-il plus un être humain qu'un fœtus ? Aucun des deux n'est conscient. Aucun des deux ne parle. Malgré les progrès de la science, force est de constater qu'on a encore besoin de voir un visage pour reconnaître une "personne". Les pauvres gosses, c'est aujourd'hui ces 3 bébés. Et leur deux grand frères, mais c'est aussi ces quelques 200 000 fœtus avortés chaque années.

C'est possible d'être ouvert à la vie, d'accueillir l'enfant plutôt que de le programmer, même dans la pire des situations.

vendredi 19 mai 2006

Je te donne mon rein, mon foetus, ...

Il y a quelque chose qui cloche dans notre vision de la science et de la médecine en particulier. Elle est soumise au fric. Quel étonnement, quel effroi de savoir que certaine femme renoncent à leur enfant pour du fric, afin que leur foetus servent à concevoir des produits de beauté. On a déjà entendu parlé d'utilisations douteuses des placentas. Mais d'une personne ? De son corps ?

Une phrase étonnante de stupidité est « Si l'avortement est un meurte, la masturbation est un génocide. » Et toute fécondation par le même raisonnement. C'est une négation de l'homme que de considérer un foetus comme un simple amas de cellule. De définir arbitrairement (suivant la législation du pays), à partir de quel moment le foetus est un homme. Quand il est viable, quand son coeur bas, quand son cerveau ressemble trop à un cervaux, quand on vois son sexe, quand il bouge et pouquoi pas quand il dit "maman" ??? En France, un foetus de moins de 22 semaines est considéré comme un « déchet hospitalier ».

Ce serait dommage que l'Homme soit qu'un animal qui ait la malchance de le savoir.

Quelques liens

dimanche 1 janvier 2006

Le chat de Shrœdinger

J'ai réalisé l'expérience du chat de Shrœdinger. Sauf que c'était moi le chat. J'entre dans la salle d'eau, il est minuit moins le quart, ce 31 décembre 2005. Pendant ma douche je me demandai en quelle année j'étais. Je n'étais ni en 2005, ni en 2006. J'étais hors du temps. Je sors, j'allume le mac, ilest 00:28, ce dimanche premier janvier 2006. J'ai fait un bond dans le temps.

Comme c'est joussifs ces réflexions débile pendant que les autres font la fête.

Avec ça j'ai peut-être posté le premier billet de l'année. C'est glorieux.